21st Cell Century

Thursday, January 19, 2006

Will Big Blue open source the coming Cell chip?


Voici une traduction libre de l'article du 3 mars 2005 de IT Manager's Journal.

Big Blue va-t-il rendre open source la future puce Cell ?

[Fr] Il y a eu plus de spéculations que de détails concrets sur la puce Cell -- un processeur de nouvelle génération développé conjointement par IBM, Sony et Toshiba. Cependant, au-delà des informations générales sur l'architecture de la puce, ses capacités et applications potentielles révélées en février 2005, de nouvelles publications concernant le Cell sur le site Power.org entraînent un observateur proche de la technologie, Jim Trounson, à prédire qu'IBM va la rendre open source.

Trounson, qui fait partie d'un groupe provenant de l'industrie, du monde académique et des finances formant Cell Industries, suggère que le contenu d'informations en augmentation sur le Cell apparaissant sur Power.org préfigure la route choisie par IBM pour le Cell.

"IBM ne s'intéresse qu'aux systèmes IT (ndr : Information Technologies) pour les Fortune 500" (ndr : le classement des 500 plus puissantes entreprises mondiales du magazine Fortune, référence absolue en la matière), écrivait-il dans un email à ITMJ. "L'occupation 'officielle' d'IBM est le software open source. Son occupation 'secrète' est le processeur Cell. IBM va mixer le software open source et le processeur Cell pour perturber Microsoft et Intel et les empêcher de jouer dans la cour des Fortune 500."

Vision du Cell

Parmi des spéculations sur la stratégie du Cell, Trounson affirme avoir été interpellé par la privation pour certains acteurs d'utiliser le hardware Cell. Après avoir rejoint Power.org et observé ce qu'IBM a révélé d'informations sur le Cell et sur la construction d'un système complet à base de PowerPC 750, Trounson a dit qu'il était convaincu que le hardware Cell arriverait fin prêt pour Linux et pas pour Redmond (ndr : Redmond désigne Microsoft, ville du siège de l'entreprise).

"Le meilleur résultat pour IBM est : Intel est réduit à un producteur de puces Cell sous license et Microsoft disparait tandis que le Cell s'approprie le marché PC en faisant tourner Linux, OpenOffice, et Firefox", écrivait-il. "Toutes les applications d'ingénierie et de back office sont portées sur le Cell et tournent 50 fois plus vite. Dell, HP, et Tiger Direct passent sur hardware Cell."

Trounson - qui prévoit de construire du hardware, du software ou les deux pour le Cell - concède qu'il n'a reçu aucune réponse à ses requêtes sur cette théorie de la part d'IBM, malgré des envois d'email. Il a indiqué que d'autres dans son groupe ont assisté à des événements sur le Cell à l'ISSCC (ndr : International Solid-State Circuits Conference) mais n'ont reçu aucune information sur l'échéancier, le prix ou l'open sourcing.

A une requête d'ITMJ sur le sujet, IBM a répondu qu'il était "trop prématuré d'entrer dans de telles spécificités."

Le gros coup de Big Blue

Néanmoins, Trounson pense que les différents acteurs derrière le Cell vont tous avoir leur récompense, Big Blue rapportant les profits de la domination du PC tandis que les vendeurs de Linux se partagent le rôle de Microsoft.

L'obervateur du Cell disait que Sony, cependant, préférerait que tous les développeurs de software autres que les siens soient exclus de la programmation du Cell aussi longtemps que possible.

"Parce que Sony veut développer et vendre du contenu", disait Trounson. "Sony voit chaque système Cell programmable comme une menace à la stratégie de sa console."

Mais Trounson a indiqué que Sony obtiendra seulement une avance de départ, pour pouvoir établir sa Playstation 3 basée sur le Cell comme un produit viable. Si la PS3 se vend bien, elle consommera toute la production de Cell pour un an ou plus, selon Trounson, qui a ajouté que le développement non autorisé serait contrecarré par les DRM gravées dans la puce (ndr : le fameux 8e SPE du Cell transformé en gestionnaire de DRM dans sa version dédiée à la Playstation 3, à l'initiative de Sony).

De même pour Toshiba, le projet Cell ajoute de la technologie et de la crédibilité à la compagnie Japonaise qui vendra les puces et la mémoire Cell mais ne sera pas impliquée au niveau système, prédit Trounson.

"Toshiba voit Sony comme son plus gros client et ne [le] doublera pas", disait-il.

IBM, de l'autre côté, va "recruter une armée de développeurs" pendant la première année de production du Cell en fournissant des kits software de développement - au moins 100 000 - aux développeurs majeurs d'application et aux grosses entreprises, comme Trounson disait à ITMJ (ndr : Sony a annoncé la disponibilité des kits Linux en question en novembre 2005 et toute l'équipe de recherche d'IBM sur le projet Cell est actuellement en train d'assister les divers développements).

"Ensuite IBM va publier un hardware open source et un design de référence pour un BIOS qui était utilisé pour développer tout le software applicatif", écrivait-il. "Ensuite, IBM laissera simplement le marché mener le combat. Toutes les constructeurs de carte-mères produiront des cartes-mères pour le Cell. Dell, HP, etc. assembleront des systèmes et les vendront par leur réseau existant. Si l'un des gros acteurs hésite ou trébuche, quelqu'un comme moi sera bien là pour prendre sa place.

"Certaines machines de développement iront à des programmeurs d'open source qui démarreront avec du code open source et créeront des alternatives à toute la dispensieuse ingénierie des applications de back office," continuait-il. "De nouvelles classes de software apparaîtront, rendues possibles par les aspects financiers de la technologie Cell. Les systèmes Cell seront conçus pour éviter les épidémies de virus et de spywares causés par un hardware beaucoup trop complexe et des OS conçus avec un unique objectif - être payé pour chaque unité, on s'en fiche qu'ils marchent." (ndr : le hardware "trop complexe" désigne les puces actuelles d'Intel ; les OS "conçus pour vendre" désignent évidemment Windows).

Si certains peuvent douter de ces spéculations, Trounson ne s'arrête pas là, indiquant que le Cell pourrait aider IBM à supplanter Intel comme fournisseur principal de microproceseurs.

"IBM n'aura pas besoin de fournir beaucoup d'aide", disait-il. "S'ils publient un design de référence, le monde prendra le relai à partir de là tout comme le travail a été fait avec le PC. IBM est très efficace en matière de documentation."

Cell Industries prédit qu'Intel produira des Cell en coopération avec IBM en moins d'un an.

Cell, logiciels, et l'effondrement de Microsoft

Pour la finale anticipée, et la fin de la domination de Microsoft telle que nous la connaissons, Trounson prédit qu'IBM ne va pas donner à Microsoft de hardware pour travailler, et va capitaliser sur son support à l'open source et à Linux.

Il indique que le software initial des outils de développement pour le Cell sera un compilateur C++ et un assembleur avec des extensions pour l'évaluation des produits logiciels. Un timing et un tracing basés sur l'horloge système permettra aux programmeurs de suivre le déroulement, prédit Trounson. Il ajoute qu'il espérait voir un compilateur qui pourrait ajouter du code à une application en cours d'exécution, et lier ce code.

"Les applications devraient être capables de produire du code, le compiler, ajouter ce code à lui-même, et tester ce code dans une boîte", écrivait-il.

En termes de vendeurs de logiciels, Trounson disait que Red Hat et SUSE/Novell figureraient aussi dans la stratégie Cell.

"Ils ont tous les deux des liens proches avec IBM et vont réaliser qu'ils sont appelés à remplacer Microsoft," écrivait-il. "Red Hat et SUSE/Novell n'auront pas un monopole comme Microsoft et n'emporteront pas d'énormes réserves de liquidités. Ils feront un packaging raisonnablement viable et supporteront Linux à mesure qu'il évolue."

Cell Industries prédit que tandis qu'Intel commencera la production de puces Cell, Microsoft essaiera de porter son OS sur le nouveau processeur. Cependant, Linux aura démarré nettement en avance et Microsoft va "tomber en morceaux".

"Quand le hardware sera commercialement viable, Windows prendra 2 à 3 ans pour avoir une première version sur le marché, " disait Trounson. "IBM fait d'ores et déjà tourner Linux sur le Cell [mars 2005]."

Ajoutant que la fourniture de puces Cell viendrait à manquer pour des années, Trounson reconnaît que la prédiction n'a pas de précédent.

"Le monde n'a jamais vu une rupture technologique comme celle qui est sur le point de se produire." Jim Trounson

© Copyright 2005 - OSTG, Inc., All Rights Reserved